La posturologie est une spécialité reconnue qui étudie les mécanismes de gestion de l’équilibre et ses dysfonctionnements.

En effet loin d’être une évidence sur le plan anatomique, le maintien de
la position debout constitue pour l’homme un véritable exploit
neurophysiologique.

La peau de la plante du pied comporte des capteurs sensibles à des
pressions de l’ordre du microgramme. Ils ont pour fonction d’informer le
cerveau sur la nature du sol (dur, mou,
régulier, accidenté…) et sur la position globale du corps dans l’espace.

Ainsi, si les capteurs situés sous l’avant pied se trouvent comprimés, le cerveau analysera cette information comme une chute en avant et mobilisera les groupes musculaires adéquats pour revenir vers une position d’équilibre.

Les réflexes archaïques ou primitifs constituent une base essentielle à la construction de l’homme.Ils sont comparables à des échafaudages qui permettent au bébé de franchir graduellement les étapes  de son développement neurologique, moteur et sensoriel.

Bien que chaque être humain soit unique, son développement physique et psychique suit un même cheminement dans un ordre précis.

Quelques rôles des réflexes :

Nous protéger (réflexe de peur paralysante ou réflexe de retrait, de parachute…)
Nous nourrir (réflexes de succion, de fouissement, de déglutition…)
Nous mouvoir (réflexe de Babinski, de reptation…)
Nous coordonner (réflexe tonique asymétrique du cou, d’agrippement…)

Les réflexes archaïques et les réflexes de vie vont constituer la base de nos sphères corporelle, émotionnelle et cognitive.

Ils sont le cœur de notre fonctionnement d’Homo sapiens.

Sphère cognitive (apprentissage, raisonnement, pensée, attention, mémoire)
Sphère corporelle (posture, motricité, coordination)
Sphère émotionnelle (relations, confiance)
Bien sûr, si les réflexes n’évoluent pas correctement (en s’inhibant) cela va entraver le bon fonctionnement de nos 3 sphères et créer des difficultés pour mobiliser notre potentiel.

Le développement humain étant complexe et nos mode de vie souvent non optimaux, de nombreux éléments peuvent venir empêcher (ou plus tard faire perdre) l’intégration des réflexes primitifs.

Les périodes critiques sont :

La grossesse
La naissance
La première année de vie
La scolarité
La vie active
La retraite

Quelques exemples de stress pouvant affecter le bon développement des réflexes archaïques :

Problèmes durant la grossesse
Problèmes durant la naissance
Utilisation de parc, trotteurs, youpala…
Violence
Mauvaises habitudes posturales
Manque de mouvement (sédentarité)
Chocs physiques ou émotionnels…

TARIFS

  • Me contacter